Le Cincle plongeur du Val Suzon

Historique du Projet du GnuB :

En 2009 et en 2010, le Groupe naturaliste universitaire de Bourgogne a conduit une étude sur la reproduction du Cincle plongeur (Cinclus cinclus) dans la partie amont du Val Suzon. Cette étude faisait suite aux travaux de François et Nicolas Ferry en 1966 qui notaient 8 couples nicheurs sur le même tronçon. 

Mais avant les résultats, un peu de biologie...

© Florent Spinnler
© Florent Spinnler

Cinclus cinclus, seul représentant de la famille de cinclidés, aime les petits cours d’eau accidentés. C’est dans ces rivières qu’il trouve sa nourriture constituée de petites larves aquatiques. Plaqué au fond de l’eau par le courant, sa queue et ses ailes en guise de gouvernail, il recherche ses proies. C’est le seul passereau capable de plonger, nager et voler (ben oui quand même !). Vous pourrez l’apercevoir, rasant la surface de l’eau, dans un vol rapide qui rappelle celui du martin pêcheur. Son nid (toujours au dessus de l’eau) de forme sphérique, est le plus souvent construit sous des ponts ou sur des murets en pierre offrant de nombreuses anfractuosités. Le cincle se reproduit très tôt dans la saison puisque les couples se forment dès le mois de janvier ou février, les premiers œufs sont généralement pondus fin février. Les jeunes, après environ 19 jours bien au chaud dans le nid, avant même de savoir voler, feront leur premier plongeon dans l’élément liquide qu’ils ne quitteront plus (ou presque). C’est 4 à 5 semaines plus tard qu’ils partiront du "territoire familial".

Méthodologie

Le Suzon, ruisseau torrentueux au nord ouest de Dijon, présente une petite population de cincle plongeurs. L’étude a porté sur la portion de cours d’eau comprise entre la source du Ru Blanc et le hameau de Sainte-Foy, soit environ 13km. La pente moyenne est d’environ 0,85%. Le Suzon présente d’importante fluctuation de débit tout au long de l’année avec des valeurs mensuelles moyennes comprises entre 0.033 et 1.02 m³/seconde.

Carte des secteurs prospectés dans le cadre de l'étude Cincle plongeur en 2009 et en 2010 - F.Spinnler
Carte des secteurs prospectés dans le cadre de l'étude Cincle plongeur en 2009 et en 2010 - F.Spinnler

L’ensemble de la zone d’étude à été parcouru à pied, pour rechercher les traces de sa présence (fientes). Les observations relatives aux cincles étaient notées afin d’établir la répartition des couples sur le Suzon.

Les différentes sorties se sont déroulées entre le début du mois de février et le mois de juin. Deux passages ont si possible été effectués sur l’ensemble des zones. Un relevé des coordonnées GPS de chacun des nids a été effectué pour faciliter la localisation.

Résultats et discussion

Les différentes sorties ont permis de dénombrer 10 couples (possibles à certains) sur la zone étudiée en 2009 et 12 couples en 2010. L'augmentation du nombre de couples est due à deux principaux paramètres :

  • installation d'un nichoir pour Cincle plongeur sous un pont dans le village de Val Suzon, occupé dès la première année
  • augmentation du linéaire prospecté vers l'amont
Nichoir pour Cincle plongeur installé sous un pont du village de Val Suzon par le GnuB - F.Spinnler
Nichoir pour Cincle plongeur installé sous un pont du village de Val Suzon par le GnuB - F.Spinnler

Le nichoir a accueilli une reproduction quelques mois seulement après son installation ce qui montre l'intérêt de ce type d'aménagement pour cette espèce. La pose de nouveaux nichoirs pourrait être envisagée sur certains ponts n'offrant pas de cavités, notamment dans la partie aval du Suzon où l'espèce est aussi présente. Le manque d'eau estival ne paraît pas empêcher l'espèce d'y nicher puisque deux couples ont été découverts par le GnuB entre Sainte-Foy et Messigny-et-Vantoux en 2010 sur les indications d'un habitant.

Et la suite maintenant :

En 2015, des bénévoles ont tenté de reprendre le suivi avec notamment deux passages de repérage en 2015 pour peut-être relancer le projet en 2016.

Et ça a été fait! Depuis l'automne 2016, des nichoirs à Cincle plongeur ont été posés dans le Val-suzon et dans Dijon afin de suivre plus précisément la population et d'essayer d'estimer l'impact de différents paramètres liés à leur milieu sur le succès reproducteur de l'espèce.

Bien sûr, il est important de préciser que des autorisations ont été demandées afin de réaliser ce suivi et qu'il est évidemment interdit de déranger des espèces sans objectif clair.

 

Depuis février 2017, les nichoirs sont suivis chaque semaine et les nids commencent à se construire! 

Voici la répartition des nichoirs le long du Suzon. Le contrôle des nichoirs est réalisé entre février et juin par l'association.

Nous faisons un comptage des oeufs, des poussins au cours de leur croissance et des adultes autour des nids et dans des secteurs où aucun nid n'a été localisé pour le moment!

 

Si vous êtes intéressés pour participer, contacter nous!

Documents informatifs sur le projet et son bilan :

Télécharger
Protocole du projet Cincle plongeur du GnuB
Protocole suivi Cincle plongeur.pdf
Document Adobe Acrobat 274.1 KB
Télécharger
Bilan de l'opération Cincle plongeur en 2017
Bilan opération Cincle - DREAL.pdf
Document Adobe Acrobat 106.8 KB

Des photos sont à découvrir ici!

Intéressé(e) pour y participer ? Contactez nous !

Le GnuB est une association étudiante régie par la loi de 1901. Elle est basée sur le campus universitaire de Dijon, dans le bâtiment Gabriel. Ouverte à tous, elle organise des sorties et des conférences tout au long de l'année universitaire.

Groupe naturaliste universitaire de Bourgogne |  6, Boulevard Gabriel | 21000 Dijon

e-mail: gnub.infos@gmail.com